En 2013, les vols dans des habitations principales et secondaires ont représenté plus de 75 % des 382 000 du total des cambriolages. 80 % ont eu lieu en plein jour dont plus de la moitié entre 14 et 17 heures. Les 20 % restants se parfois déroulés en présence des occupants, ce qui n’est pas sans danger pour eux.
Même parfaitement assuré, un cambriolage est la plupart du temps synonyme de perte financière. Au coût moyen de 6500 € par cambriolage, s’ajoute le traumatisme plus ou moins conscient provoqué par l’effraction et le vol d’objets parfois irremplaçables. Savoir qu’une ou plusieurs personnes ont pénétré dans son habitation induit un sentiment évident d’insécurité, ce surtout lorsque l’on sait que 80 % des cambrioleurs passent tout simplement par la porte.

Un cambriolage cause une perte en moyenne de 6500 €

Comment se prémunir contre les cambriolages est une question devenue cruciale pour les propriétaires ou locataires. Malgré les progrès concernant les matériaux et les systèmes de surveillance, aucun n’est infaillible, les cambrioleurs améliorant eux aussi leurs techniques. Portes blindées, caméras de surveillance, entrées des immeubles protégées par un digicode et présence d’un gardien ont un effet avant tout dissuasif.

Si 80 % des cambrioleurs passent par la porte, c’est que celle-ci n’offrait pas la résistance espérée, mais également parce que son mécanisme n’a pas toujours été correctement actionné. Concernant les entrées d’immeuble protégées par un code, demander à ce que celui-ci soit régulièrement changé est une mesure de sécurité supplémentaire. Une tentative d’effraction ne dure en moyenne que 5 minutes. Passé ce délai, le cambrioleur abandonne son projet de peur de se faire repérer. D’après plusieurs études, le déclenchement d’une sirène fait fuir 95 % des intrus. Équipée de capteurs placés dans des endroits sensibles, l’alarme sonore constitue un des meilleurs éléments de protection. La baisse de prix constatée sur ces équipements les rend à la portée d’un plus grand nombre en supplément d’un fonctionnement simplifié et d’une réelle efficacité.

En étant parfois très isolées, les résidences secondaires représentent une cible de choix pour les cambrioleurs. En ayant préalablement repéré les lieux et insidieusement posé quelques questions aux voisins, les malfrats peuvent agir en relative tranquillité. En supplément des protections habituelles portant sur les fermetures de l’habitation, des relations de bon voisinage prennent ici toute leur importance. Demander à un voisin de passer de temps à autre pour créer un semblant de mouvement à proximité de la maison, lui faire accepter que son numéro de téléphone fasse partie de ceux inscrits dans le système de surveillance sont des aspects contribuant à élever sensiblement le niveau de sécurité.

En ville ou à la campagne, une maison ou un logement ne peut être sécurisé à 100 % à moins d’en faire un véritable blockhaus gardé par une armée de vigile. En s’équipant d’un maximum de protection, la tâche est toutefois rendue plus difficile pour les cambrioleurs. En mettant toutes les chances de son côté on ne peut pas toujours éviter le pire, mais au moins le retarder. Il faut également souligner que dans bien des cas, un assureur se montrera plus généreux envers un client ayant pris le maximum de précautions que pour celui ayant quitté son domicile en oubliant de fermer la porte.